Partir seule, la Liberté

Ah, le voyage en solo…Comme j’ai pu le lire sûr de nombreux blog voyage, les femmes qui partent seules se heurtent à moult remarques:

« Mais t’as pas peur ? » , « Mais c’est dangereux , surtout l’Amérique Centrale », ‘Un jour, j’ai lu un article qui disait qu’une française s’était faite…. », « Les voyages ça se partagent, toute seule tu vas t’ennuyer », « Mais personnes n’a voulu venir avec toi… » ? « Tu sais où tu vas dormir… » ?

Ces questions reflètent surement les peurs de ceux qui les posent. Ces pays lointains, les clichés qu’on leur colle, le fait de partir seule, le fait d’être juste « en sac à dos » et de vivre au jour le jour, tout cela génère encore des inquiétudes dans nos sociétés aseptisées où tout est fluide, où tout est accessible facilement, où l’on a le « contrôle » sur sa vie. Et si partir seule, c’était laisser un peu de côté ce « contrôle », pour laisser place à la capacité d’adaptation face à l’imprévu ? Si partir seule c’était un formidable moyen de grandir intérieurement et de prendre les commandes de sa vie en réalisant ce qui nous anime profondément ?

Le voyage n’est-il pas l’une des plus belle chose au monde ? La Terre est faite pour être découverte, c’est notre maison et nous devons prendre la Liberté de l’explorer à loisir. Explorer, c’est faire souffler sur les braises encore chaudes de notre âme d’enfant pour en raviver la flamme, c’est voir le monde avec des yeux neufs et renforcer notre capacité d’émerveillement.

Aujourd’hui encore, bien que de plus en plus répandu, le voyage en solo au féminin suscite des inquiétudes, parfois fondées, souvent fantasmées. En réalité, il n’y a pas plus d’agressions de touristes au Pérou, qu’à Marseille ou Paris. Les précautions à prendre sont les mêmes dans le monde entier : éviter certains quartiers le soir, ne pas exhiber d’objets de valeur, échanger avec les locaux pour écouter leurs conseils, ne pas opposer de résistance en cas de « braquage », être particulièrement attentif à nos sacs…mais surtout écouter son intuition. Intérieurement, nous ressentons si l’on peut faire confiance ou pas à une personne. Notre inconscient analyse plus vite la situation que notre conscient et nous pousse à prendre la meilleure décision. Alors, si une petite voix nous dit « Méfie toi de cette personne… », il faudra l’écouter et s’éloigner.

Et puis, si une fille pars seule, c’est qu’au fond elle est prête. Même si la veille du départ on se demande « Mais que diable vais-je faire dans cette galère ?  » on sait que cette aventure sur le point de commencer, c’est exactement ce que nous avons envie de vivre.

Partir seule, c’est être capitaine à 100% de son aventure. C’est mettre le cap où l’on veut, quand on veut. Réduire la voilure quand on le souhaite et jeter l’ancre durant la durée que l’on veut dans un lieu qui nous aura charmé. C’est accepter qu’il faudra parfois ramer, mais que bien souvent le vent de la Chance gonflera les voiles de l’aventure et nous portera vers des lieux et rencontres magiques.

Bon vent !

 


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s